Bienvenue

Hôte des forêts de conifères subalpines (essentiellement entre 1200 et 1800m environ), plutôt ouvertes et sur des versants bien ensoleillés, «son goût pour l’erratisme l’entraîne parfois à des excursions assez éloignées de son habitat ordinaire, jusque bien haut dans la zone alpine ou au contraire jusqu’en plaine.» Cette description du rayon d’activité du Venturon montagnard par Paul Géroudet correspond à merveille à mes propres aspirations d’accompagnateur de randonnée. Le nom de cet oiseau, évoquant à la fois l’aventure et la moyenne montagne m’a donc tout naturellement inspiré le titre ce site internet.

Alerte, sociable et peu farouche, le Venturon sait toutefois se montrer discret à l’œil (ou à l’oreille) peu averti(e). Il symbolise aussi cette belle et fragile mosaïque de transition, la «zone de combat», entre la forêt, les arbustes, la lande et les pelouses alpines. Ce milieu, déjà rude à bien des égards, est en plus soumis à de fortes pressions humaines. A nous de nous montrer respectueux et aussi peu intrusifs que possible, pour nous fondre dans le paysage.
 

Un peu d’ornithologie …

Le Venturon montagnard (Serinus citrinella Pallas, 1764) est un oiseau vivant en petites troupes dans les environs de la limite supérieure des forêts, dans les pâturages boisés ou les clairières, parfois aussi à proximité des alpages. En hiver, il descend généralement un peu plus bas dans les vallées ou se rend dans le Midi de la France, peut-être aussi en Espagne où vit l’essentiel (80%) de la population européenne. La Suisse héberge quant à elle la majorité de la population alpine, soit 10'000 à 30'000 couples (7% de la population totale ; Maumary et al.).

Souvent repéré en vol par ses cris caractéristiques, il se distingue des autres fringilles (famille des Pinsons) par ses couleurs unies, mêlant le vert olive, le jaune (ventre, croupion, bandes alaires), le gris cendré (nuque et cou) et le noir (ailes).

La répartition du Venturon est limitée aux massifs montagneux d’Europe occidentale: Alpes, Préalpes, Jura, Forêt Noire, Vosges, Massif Central, Pyrénées, Cordillères Cantabrique et Ibérique. En Corse et en Sardaigne vit une sous-espèce (Serinus citrinella corsicana) dont le dos est brun-roussâtre rayé. C’est aussi un «cousin» du canari (Serinus canaria) dans le vaste genre des Serins.

[Géroudet, P. (1957): « Les passereaux ; vol.III », éd. Delachaux & Niestlé S.A.]
 

… et des blocs erratiques eux aussi ...

Pour les géologues, mon métier de base, il n’y a pas que les blocs erratiques disséminés par les dernières glaciations qui témoignent de mouvements passés et actuels. Les montagnes aussi «bougent», suivant en cela la dynamique des plaques continentales et océaniques d’une part, accompagnant le cycle de l’eau d’autre part, elles sont en constante recherche d’équilibre. Tout paysage reflète ainsi une évolution, parfois figée à notre échelle de temps. Chaque caillou raconte, pour qui sait l’écouter, une fantastique histoire à travers le temps et l’espace.

Pour les Alpes, cette histoire est longtemps marine, peuplée d’organismes aujourd’hui disparus, avant de plonger dans les entrailles de la Terre, puis de subir les assauts et soubresauts du climat.

C’est à l’ère des dinosaures que sont apparus les premiers oiseaux. Mais les fossiles qui caractérisent le mieux cette ère «secondaire», sont des céphalopodes marins à coquille spiralée, les ammonites, dont j’ai étudié l’évolution lors de ma thèse de doctorat en paléontologie. On en retrouve ici et là dans les montagnes suisses.
 

… pour accompagner vos balades.

Voilà donc quelques pistes, quelques points de départ, pour des randonnées «intelligentes» : apprendre en s’amusant, mais aussi avoir une conduite respectueuse de notre environnement, de la vie en général, et des personnes en particulier. C’est dans cet esprit que je vous propose dans les pages qui suivent quelques activités à partager en groupe. N’hésitez pas à me contacter pour plus de renseignements. Je prépare volontiers d’autres sujets de conférences ou buts d’excursion, dans les limites de mes compétences.

Dr. Alain Morard -
courriel

BienvenueFête de la NaturePour aller plus loin